Lille / OM : Que des regrets…

4 décembre 2013.

Il ne faisait pas bon être supporter olympien ce mardi soir. Des conditions de déplacement au résultat sportif, en passant par le traditionnel manque de respect des joueurs qui ne saluent toujours pas le parcage marseillais, tout était réuni pour nous écœurer...

 

Cette défaite était interdite !

Avec le retard déjà concédé en championnat et l’humiliation européenne en cours, un résultat nul aurait déjà été un mauvais résultat. Que dire de la défaite ? Elle est inqualifiable même si l’OM, sur le contenu, méritait cette victoire essentielle. A ce moment de la saison, avec un OM déjà dans le rouge, seul le résultat a de la valeur. L’OM a besoin de points pour rester dans le coup en seconde partie d’exercice. A mi-saison, être à huit longueurs du podium est loin d’être insurmontable. La différence s’est souvent faite dans le sprint final. Mais voilà, nous n’y sommes pas encore à cette trêve hivernale. Nantes, Lyon et Bordeaux vont se dresser sur notre route. Le scénario de cette défaite en terre lilloise va faire mal au mental. Les longues blessures simultanées d’André Ayew et Mathieu Valbuena vont être un lourd handicap dans les prochaines semaines. Il faudra qu’Elie Baup trouve rapidement des solutions. Et c’est cela qui est le plus inquiétant…

Baup et le changement de la honte !

Offrir un changement de Florian Thauvin au public lillois à la 90’ et se faire crucifier derrière… Dans leurs rêves les plus fous, les supporters lillois n’ont même pas osé imaginer un tel scénario. Ils peuvent même construire une statue à l’effigie du petit Elie. En plus de donner en pâture Thauvin au public lillois, histoire de leur laisser le plaisir de lui réserver une sévère bronca, les olympiens se font enfoncer avec un but dans les arrêts de jeu… « Et ils sont où les marseillais ? »… Elie Baup ne devait pas se sentir concerné par cette question reprise par tout un stade au coup de sifflet final. Car Elie Baup, lui, n’est pas et ne sera jamais marseillais. Après avoir était généreux avec les supporters lillois, Elie Baup le sera-t-il aussi en ces fêtes de fin d’année avec les supporters marseillais ? Pour l’être, il suffit simplement à Baup de jeter enfin l'éponge. Elie n’a pas assez de charisme, de psychologie et de qualité pour sublimer cette équipe…

Ils auront tout fait pour nous écœurer !

Un mardi à 19h. La programmation a elle seule est un scandale. Mais que dire de l’organisation imposée par la Préfecture du Nord et le LOSC ? Le club du LOSC savait très bien que de voir 2200 supporters marseillais envahir leur stade à l’ambiance fragile était un gros handicap. Car, avec la forte popularité de l’OM dans la région lilloise, le parcage aurait fait le plein si tous les supporters olympiens locaux avaient pu accéder au stade dans des conditions normales. Non seulement, le quota a été limité à 1200 par arrêté préfectoral, mais, afin de faire encore baisser ce chiffre, l’organisation était des plus absurdes. Depuis plusieurs années, aucun incident significatif n’est à signaler entre supporters marseillais et lillois. Pour tester les installations du nouveau Grand Stade, les autorités se sont inventées des tensions pour justifier la répression. Une grosse centaine de supporters venant de Marseille en bus avait rendez-vous au péage de Fresnes-lès-Montauban à 15h. Jusque là rien d’exceptionnel par rapport à ce que l’on voit habituellement lors des autres matches. La mesure la plus stricte concernait les supporters venant de partout en France qui, eux, avaient rendez-vous à 14h sur l’aire d’autoroute de Wancourt Est, à 50 km du stade. Un rendez-vous obligatoire même pour les supporters vivant sur Lille. Tous les supporters devaient arrivés en bus dans un seul convoi escorté par les forces de l’ordre. Au final, seulement 470 supporters marseillais étaient présents dans le parcage du Grand Stade. A l’intérieur, pas de drapeaux, pas d’étendards et interdiction pour les groupes de supporters de prendre les photos du parcage. Pour couronner le tout, quelques stadiers marseillais ont voulu imposer leur propre loi répressive contre les supporters phocéens ! Ces mêmes stadiers ont juste oublié un petit détail. Si nous, supporters, venions à disparaître ou à ne plus nous déplacer pour vivre notre passion, leurs emplois éphémères disparaitraient aussi. Sans nous, la fonction de stadier n’existerait même pas à l’Olympique de Marseille…

Malgré toutes les conditions répressives, malgré la programmation du match en semaine, malgré les 24 heures de bus aller/retour des plus fidèles supporters marseillais, malgré notre soutien pendant 90 minutes… Toujours aucun geste des joueurs envers le parcage à la fin du match (à deux exceptions près). Ils nous ont juste offert une défaite comme ils en ont l’habitude depuis quelques semaines.

L’étau se resserre à tous les niveaux…

 

 

 

Boutique en ligne - Collection 2016/2017

T-Shirt Noir T-Shirt BlancT-Shirt orangeSweat zip noirSweat orangeFanion Massalia

Dernières photos

Dernière vidéo

SW Taekwondo

Saison 2015/2016

Visiter le site web