Communiqué suite au déplacement à Bastia.

10 août 2014.

L’Olympique de Marseille et les groupes de supporters se sont pliés à toutes les exigences de la Préfecture de Haute-Corse pour que le déplacement à Bastia se passe dans les meilleures conditions. Le contrat a été rempli côté marseillais et personne ne pourra dire le contraire, de la Préfecture au Sporting Club de Bastia...

Ce matin, dans un communiqué, le Ministère de l’Intérieur condamne fermement les violences délibérées qui ont eu lieu samedi soir aux abords du stade Furiani, avant et après le match de football entre le Sporting Club de Bastia et l’Olympique de Marseille. 44 policiers et gendarmes ont été blessés.

Nous tenons à apporter des explications suite à la désinformation totale sur le sujet face au silence de la Préfecture, de certains journalistes et surtout du Sporting Club de Bastia.

Les 44 blessés du côté des forces de l’ordre correspondent uniquement à des affrontements avec les supporters bastiais suite à la volonté d’attaquer le bus des joueurs de l’OM. Puisque le Ministère de l’Intérieur ne le précise pas, nous tenons à informer qu’au moment des incidents, les 90 supporters marseillais n’avaient toujours pas posé les pieds sur le sol Corse, l’avion ayant atterri à 19h40 à l’aéroport de Bastia.

Notons au passage que pendant près de 45 minutes, les supporters marseillais sont restés sur le tarmac au pied de l’avion, dans deux bus à la chaleur étouffante, sans climatisation, sans eau à disposition et sans toilettes.

C’est seulement à 21h, heure du coup d’envoi, que les supporters phocéens ont pu prendre place dans le parcage visiteurs !

Tout au long du match, certains supporters corses et certains responsables des stadiers bastiais ne vont cesser de proférer des insultes racistes et des crachats envers le parcage marseillais. Un comble quand on voit la composition de l’équipe bastiaise sur le terrain ! Ce n’est pas la première fois que les supporters bastiais excellent dans les insultes racistes. Comme à chaque fois, la LFP ferme les yeux et devient automatiquement complice de ces attaques raciales qui n’ont rien à faire dans un stade de football.

Mais c’est après la rencontre que le plus grave va se passer. Le silence des médias sur cet épisode est assez troublant. Un bon nombre était encore présent en tribune de presse quand le « caillassage » du parcage marseillais a commencé. Pendant plus de 30 minutes, sans aucune intervention des forces de l’ordre, les 90 supporters marseillais coincés dans leur cage vont subir des rafales de cailloux venant de la voie ferrée qui longe le stade de Furiani. Un stadier de l’OM sera blessé à la tête. Pendant ce temps, sur la pelouse, des dizaines de stadiers du Sporting Club de Bastia vont se réjouir de la situation, continuant au passage de glisser quelques observations primaires, le sourire aux lèvres ! Puis c’est au tour de dizaines de bombes agricoles de venir s’échouer dans la tribune. La tension monte et un responsable de la sécurité de Bastia va jusqu’à se permettre de mettre des coups de pieds dans les grilles en proférant des menaces.

Du haut de la tribune nous allons alors observer une scène surréaliste. Ce même responsable, accompagné de plusieurs stadiers, va aller discuter avec les supporters bastiais en dehors du stade pour mettre au point un plan d’attaque et leur ouvrir les grilles. Quelques minutes plus tard, armés de bâtons, de fumis et de bombes agricoles, ces mêmes supporters bastiais, mécontents de ne pas nous avoir atteints de l’extérieur, vont se retrouver dans le stade à côté du parcage marseillais. D’un côté, 90 personnes impuissantes dans une cage, et de l’autre, des supporters armés et des stadiers agissant aux yeux de tout le monde, dont le délégué de la LFP, en toute impunité ! Un délégué de la LFP qui va d’ailleurs profiter d’une accalmie pour oser venir nous expliquer que nous sommes en sécurité dans le parcage et qu’il fallait ne pas répondre aux provocations et attendre que la situation s’apaise. Nous lui avons rétorqué de venir attendre avec nous dans le parcage si la sécurité était optimale. Le sourire aux lèvres, accompagné d’un responsable du club de Bastia, il déclina notre invitation. Notre situation ne semblait pas lui déplaire.

Enfin, l’ordre va être donné aux forces de l’ordre de prendre en charge les supporters marseillais pour rejoindre les bus. Des bus qui arriveront à l’aéroport les vitres brisées après une série de « caillassages » tout au long du parcours montrant l’incompétence totale des têtes pensantes en charge de la sécurité. Au lieu de faire de la communication, le gouvernement ferait mieux de se poser les bonnes questions.

Nous avons découvert sur le site officiel de l’OM une photo montrant les supporters bastiais à l’arrivée du bus de l’OM lors des affrontements avec les forces de l’ordre. Ce sont les mêmes qui ont attaqué le parcage après le match. Ce sont donc les mêmes qui discutaient avec un responsable de la sécurité de Bastia. Faut-il encore des exemples pour pointer du doigt le club corse ?

Est-ce que l’Olympique de Marseille doit porter plainte contre le Sporting Club de Bastia ? La direction de l’OM porte plainte tout au long de l’année contre ses propres supporters pour un simple usage inoffensif d’engin pyrotechnique. Il serait temps maintenant que chacun prenne ses responsabilités pour stopper cette violence et ce racisme qui détruisent le football depuis des décennies.

Les South Winners.

Boutique en ligne - Collection 2016/2017

T-Shirt Noir T-Shirt BlancT-Shirt orangeSweat zip noirSweat orangeFanion Massalia

Dernières photos

Dernière vidéo

SW Taekwondo

Saison 2015/2016

Visiter le site web