La Provence refait le match !

9 décembre 2011.

Ce ne sont pas les Winners qui refont le match mais la Provence qui, article après article, donne une version tronquée des faits. Une fois encore, dans son article relatant l’audience en correctionnelle de six membres de notre groupe, le journal persiste dans sa conviction et profère une vérité qui semble être la sienne. L. L. envoyé pour couvrir le procès, certain d’en avoir assez entendu, quittera l’audience au simple réquisitoire du procureur, les six plaidoiries de la défense ne l’intéressaient manifestement pas. Sa conviction était faite...

Heureusement que la justice, plus sereine et moins pressée, s’est donné le temps d’entendre et d’analyser d’autres versions des faits. Heureusement que le juge a décidé, comme le réclament les avocats des Winners depuis toute l’instruction, de visionner la vidéo des évènements. Car face aux images tournées par les caméras de surveillance du stade, les témoignages retenus durant toute l’instruction perdent beaucoup de leur crédibilité. Contradictions et autres fausses certitudes viennent s’échouer devant la froide objectivité des images. C’est sans doute pour mieux analyser ce dossier à l’appui de la vidéo que le juge a préféré renvoyer son délibéré au 5 janvier. La Provence n’a pas tant attendu. Ce qui nous gêne, encore une fois, ce n’est pas ce qu’ils pensent, nous n’en avons cure, par contre nous savons qu’avec de tels articles d’autres penseront comme eux.

Nous ne nous attarderons même pas sur le titre et finalement sur toute la mise en scène de leur article. Rachid ZEROUAL, chef de file qui commande ses troupes d’un claquement de doigts (phrase déjà entendu dans la triste émission de M6 « enquête exclusive » sur notre groupe), est “leur” coupable. D’un côté les méchants Winners, de l’autre les gentils COSA, voilà le postulat du journal. En ce qui nous concerne, notre mémoire n’est pas sélective, nous n’oublions pas les crânes rasés, les mains levées, ce n’est pas de nos bouches que des paroles de haine sont sorties ce soir-là. La Provence préfère oublier ou ignorer.

Alors même que juge et procureur regretteront l’absence des parties civiles pour respecter le principe du contradictoire, et ce afin d’avoir des réponses sur la différence entre les images et leurs déclarations. Déclarations sur la foi desquelles six des nôtres sont toujours IDS et se retrouvaient jeudi sur le banc des accusés. La Provence prend le parti de ne pas en dire un mot.

Les Winners, toujours lecteurs de ce journal comme l’ensemble du peuple marseillais, sont plus attristés qu’en colère que leur journal ne daigne décidément pas essayer d’avoir une vue plus objective des faits. Nous publions leurs articles et nos réponses sur notre site et dans notre magazine, nous n’avons rien à cacher, par contre nous ne retrouvons jamais nos réponses dans le journal. Nous espérons retrouver cette dernière afin que nous puissions nous défendre et que les lecteurs puissent savoir qu’il existe une autre version des faits, images à l’appui.

Le bureau des South Winners.

Boutique en ligne - Collection 2016/2017

T-Shirt Noir T-Shirt BlancT-Shirt orangeSweat zip noirSweat orangeFanion Massalia

Dernières photos

Dernière vidéo

SW Taekwondo

Saison 2015/2016

Visiter le site web